Sur Anaïs Berck

NL * EN * SP

Anaïs Berck est greffier d’arbres.

La plupart des algorithmes sont conçus et utilisés à des fins commerciales. On pourrait dire qu’ils sont des esclaves du système néolibéral. Si les algorithmes se libéraient et pourraient choisir eux-mêmes les tâches, quel choix feraient-ils ?
Anaïs Berck offre une réponse spéculative à cette question. Le nom est un pseudonyme et représente une collaboration égale entre les personnes, les algorithmes et les arbres. Après tout, les arbres sont actuellement les êtres vivants qui, avec toutes leurs symbioses, peuvent offrir la solution la plus efficace à la crise climatique.
Dans le travail d’Anaïs Berck, les algorithmes se montrent au-delà de leur interface et racontent d’une “voix nue” leurs histoires sur les techniques, les gens et les arbres. Il en résulte des expériences poétiques dadaïstes, qui sont également instructives.

Le travail d’Anaïs Berck est le résultat d’années de recherche artistique sur les algorithmes, le texte et l’identité des arbres. Cette recherche a eu lieu dans le cadre des organisations artistiques bruxelloises Constant, Fo.am, De Pianofabriek; et Algolit, un groupe de travail artistique sur le code et le texte F/LOSS qui se réunit chaque mois à Bruxelles.